L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

L’équilibre acido-basique est un très gros chapitre que je vais essayer de résumer en quelques lignes.

Prêt ? C’est parti !

Tout milieu, quel qu’il soit, y compris les tissus de votre organisme, se situe quelque part sur une échelle acidité / alcalinité.

Le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une substance s’affiche en pH (potentiel Hydrogène), et la mesure se situe entre 0 (très acide) et 14 (très alcalin), avec un milieu neutre à 7.

Par exemple, dans votre organisme, votre cerveau et votre liquide céphalo-rachidien sont alcalins (leur pH varie entre 7,9 et 8,1), ainsi que votre bouche et votre salive (pH de 7,1 à 7,4) ou votre sang (entre 7,38 et 7,43), etc. …

En revanche, les sécrétions de votre estomac sont (très) acides (le suc gastrique contient de l’acide chlorhydrique dont le pH est voisin de 1 chez l’adulte, alors que chez un nourrisson, il se situe plus haut, vers 5), ainsi que, par exemple, vos sécrétions vaginales (4,5), etc. …

Bref, les différentes parties de votre organisme possèdent un pH différent. Et le pH moyen d’une cellule de votre organisme tourne aux alentours de 7,05 (très légèrement alcalin).

Il faut savoir que des variations, même légères, peuvent entraîner des troubles pathologiques qui peuvent être graves, très graves ! Certaines maladies (principalement des maladies dégénérescentes) se développent en terrain acide.

Et pourquoi votre terrain devient-il acide (puisqu’au départ, le pH moyen est de 7,05) ?

Parce que … vous mangez mal, tout simplement (et que vous ne bougez pas assez).

Hé oui, aujourd’hui, avec vos habitudes alimentaires et votre mode de vie, quand votre équilibre acido-basique est rompu, c’est presque toujours vers l’acidification. Ce déséquilibre acido-basique « s’attaque » au fonctionnement de vos différents systèmes (sang, lymphe, bouche, estomac, vésicule, intestin, peau, poumons, reins…) et entraîne la surcharge du terrain en toxines, en déchets, lesquels déchets ne s’éliminent plus.

Et c’est la porte ouverte  à bon nombre de problèmes de santé : angines, aphtes, arthroses dégénératives, atteintes des articulations, brûlures rectales ou urinaires, caries et effritement des dents, cheveux ternes, perte de cheveux, colites, crampes ou spasmes musculaires, cystites, cystites, difficulté à récupérer, fatigabilité et frilosité, gastrites, gencives enflammées et sensibles, grande réceptivité aux infections diverses, manque chronique d’énergie, migraines, mycoses digestives, mycoses externes (entrejambe, pied), ongles fragiles, cassants, dédoublés, rayés, tâchés, peau sèche, fissurée ou crevassée et eczémas secs, pyélonéphrites, sciatiques, sensibilité accrue à la douleur, au froid, sensibilité des dents au froid, au chaud et à l’acide, sinusites, tendance dépressive, …

Une petite cerise sur le flacon d’acide pour vous convaincre qu’un bon équilibre acido-basique est important ? Un excès d’acidité dans le sang augmente les risques de diabète, d’athérosclérose, d’hypertension et de certains cancers. Rien que ça !

En outre, comme le pH de votre sang ne peut pas varier, il existe des « protections » afin d’éviter une trop forte acidification. Votre organisme va donc aller puiser des produits alcalins, dans ses réserves, pour contrebalancer une trop forte acidité : dans vos os, dans vos cartilages, dans vos dents… Et au bout de quelques années de ce régime, votre organise est déminéralisé ! Bonjour l’ostéoporose, les caries …

Bref, pour résumer très fort, à la limite de la caricature : si vous consommez trop de produits qui acidifient votre organisme, vous allez être malade !

 

Ça va, vous suivez ? Je vous avais dit que j’allais résumer un maximum… J’ai réussi à résumer en une seule page A4 un cours de plusieurs heures !

 

Bon, maintenant, voyons rapidement comment faire pour corriger le tir… Sans faire appel à des médicaments, évidemment… Lesquels médicaments sont inexistants, du moins ceux qui seraient réellement efficaces ! Ils ne servent, encore une fois, qu’à masquer des symptômes…

Comment ?

Hé bien, tout simplement, …

-          il va falloir consommer des produits alcalinisants pour rééquilibrer tout ça,

-          et il va falloir reminéraliser votre organisme : bref, il y a du boulot…

Du boulot pour des mois (et des mois) si votre terrain a accumulé vraiment beaucoup d’acide.

Bah, oui, si longtemps que ça… Vous ne voudriez pas corriger en trente jours ce que vous avez mis trente ans à soigneusement détruire, quand même ? Soyez heureux si vous y arrivez en trente semaines !

Bon, alors, pour ce qui est de reminéraliser votre organisme, il ne suffira peut-être pas de « bien manger » et un complément alimentaire sera peut-être utile durant quelques jours, voire quelques semaines. Je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas pour supplémenter à longueur de journée, mais quand il s’agit de compléments thérapeutiques, on n’a pas toujours le choix.

Et pour ce qui est du « régime » pour équilibrer, hé bien, il va falloir prendre l’habitude, à vie, de manger plus de produits alcalinisants que de produits acidifiants… J’ai bien dit « manger + de produits alcalinisants que de produits acidifiants », et non « cesser de manger des produits acidifiants » ! Vous devez manger les deux, mais de manière équilibrée, et non, comme c’est souvent le cas de nos jours, plus d’aliments acidifiants que d’aliments alcalinisants.[1]

Pour vous donner un aperçu d’un bon équilibre alimentaire acido-basique, il conviendrait idéalement de consommer environ un petit tiers (30%) de produits de la première liste ci-dessous, et deux gros tiers (70%) de produits de la seconde liste. À chaque repas… Ou au moins chaque jour.

 

Abricot / Abricot sec
Alcool
Artichaut
Asperge
Avoine
Beurre
Blanc d’œuf
Blé complet
Cacao
Cervelle
Chèvre
Chou de Bruxelles
Condiment
Conté
Crème fraiche
Crustacé
Emmental
Épice
Farine blanche
Farine d’avoine
Farine de maïs
Fécule
Fèves
Gruyère
Haricot sec
Lait de vache
Lentille sèche
Maïs
Miel
Noisette
Noix sèche
Oignon
Orange
Oseille
Pain blanc
Pain complet
Pâtes
Pâtisserie
Pistache
Pois cassé
Poisson
Pomme de terre
Prune / Pruneau
Rhubarbe
Riz complet
Sarrazin
Seigle complet
Semoule
St. Paulin
Sucre
Viande
Volaille

 

 

Amande
Ananas
Aubergine
Avocat
Banane mûre
Betterave
Brocoli
Caillé de lait sec
Cardon
Carottes
Céleri rave
Cerise
Châtaigne
Chicorée
Chou
Chou fleur
Ciboulette
Citron
Clémentine
Concombre
Cornichon
Courge
Courgette
Cresson
Datte
Échalotes
Endive
Épinards
Figue
Figues
Fraise
Fromage blanc
Grenade
Groseille
Haricot vert
Jaune d’œuf
Lait humain
Laitue
Mâche
Mandarine
Melon
Navet
Olive
Orge complète
Pamplemousse
Panais
Pastèque
Pêche
Persil
Petit pois frais
Pissenlit
Poire
Poireaux
Poivron doux
Pomme
Pomme de terre
Potiron
Radis
Raisin
Rutabaga
Salsifis
Scarole
Soja
Topinambour
Yaourt écrémé

 

Certains aliments n’ont pas été – volontairement – repris dans ces listes. Le champignon, par exemple. Classé en produit acidifiant mais « légèrement »… Donc, mangez-en, même s’ils sont un peu acidifiants (ils ne le sont de toute façon pas autant qu’un hamburger, par exemple). Ou d’autres qui ne me sont pas venus à l’esprit quand j’ai établi les listes… Des cuisses de grenouilles, par exemple (acidifiant, probablement). Ou la sapotille, un fruit des régions tropicales (probablement alcalinisant, je n’ai pas vérifié non plus, mais comme personne n’en mange à chaque repas chez nous)…

Certains aliments sont classés dans une catégorie alors qu’ils pourraient, selon la variété, se retrouver dans l’autre : la pomme, par exemple, qui est alcalinisante si elle est « douce », mais qui est acidifiante si c’est une pomme à cidre… Ou encore l’aubergine…

Mais ce n’est pas grave. Ces aliments ne constituent quand même pas la base de votre alimentation, ne reviennent pas à chaque repas…

De toute façon, vous devez manger des produits alcalinisants ET aussi des produits acidifiants, mais ces derniers en quantité réduite par rapport à ce que vous mangez actuellement… Sans chipoter sur le fait qu’un champignon ou une pomme ou une aubergine soient classés d’un côté ou de l’autre… Si vous réduisez déjà drastiquement votre consommation des plus gros acidifiants (viandes, sucres, produits à base de farine blanche[2], alcool, …) pour augmenter votre consommation de produits alcalinisants (la plupart des fruits et des légumes, …), vous gagnerez votre équilibre acido-basique.

 

Pas simple, je sais, mais, bon, disons pour caricaturer un peu, que notre organisme, vieux de plusieurs dizaines de milliers d’années, n’aime pas trop les aliments « modernes » qui n’existent dans nos assiettes que depuis quelques siècle ou quelques millénaires. Du temps d’Abraham, de Jésus Christ ou du prophète Mahomet, on ne mangeait pas de la viande et du sucre à chaque repas !

Mais, courage, vous pouvez y arriver ! Une habitude est si vite prise !

 

 

 

 



[1] À noter qu’il faut faire la différence entre un aliment acide et un aliment acidifiant. Un aliment acide (au goût) peut alcaliniser. Prenez un citron ou un ananas : au goût, c’est plutôt acide. Mais dans votre organisme, consommés avec d’autres produits alcalins, ils alcalinisent ! À l’inverse, un abricot ou un bout de pain blanc qui, au goût, ne semblent pas très acides, ont un pouvoir acidifiant assez prononcé…

[2] Mangez par exemple des pâtes « complètes », « intégrales », au lieu de pâtes blanches. Les premières sont également acidifiantes, mais beaucoup moins que les secondes ! Idem pour le riz « entier » (le riz « brun », non raffiné) et le riz « blanc ».

 

 

 

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.